LA GALERIE

"POÉSIE, LAISSE-MOI T'AIMER MÊME SI J'INSISTE DE TROP. T'AIMER EN POINTILLER MAIS TOUJOURS T'AIMER. NE JAMAIS ROMPRE DE TOI, JE PRIE. EXCUSE-MOI QUAND JE NE RÉFLECHIS PLUS. JE SAIS. JE SAIS QUE PARFOIS JE FAIS COMME SI JE N'AIMAIS PAS LES MOTS. DES FOIS POUR ME SENTIR PRÈS DES AUTRES, JE PRÉTENDS N'AVOIR AUCUN CŒUR POUR NE PAS ÊTRE ENNUYEUX DE T'AIMER. ÊTRE TROP DE JE T'AIMER ET PAS ASSEZ DE BONHOMME C'EST RISQUER D'ÊTRE AFFREUX. ALORS LAISSE-MOI ÊTRE AFREUX DE T'AIMER EN TOUTE DISCRÉTION".

E67EDC92-7FED-445A-B11A-48F2F35D2E14.JPG

44

47CMX55CM

IMG_9795.jpg

42

35CMX41CM

IMG_9800_edited.jpg

Méfiez-vous des yeux qui observent des bouches moroses et des abeilles. Tous butinent les roses et les images comme passent les matins et les mirages, usent des mots et rusent de trop. Quand vient le soir, ils se réveillent. L'un est humain, l'autre est barbare. Les apparences sont trompeuses, sulfureuses sous leur teint d'élégance. Entre les glaïeuls, ils avancent, inconnus. L'un tue alors que l'autre était seul et nu.

46

58CMX66CM

IMG_0049_Facetune_14-02-2021-23-25-09 2_

Certaines fois je ne suis plus poussé par une envie poétique. La parole m'est enlevée. Ce qui m’intéresse et me passionne semble soudainement fuir. Alors je me retourne au fond du jardin. À nouveau, je vois ces oiseaux qui ne volent pas. Ils sont remplis de questions sans audaces. Les mêmes, me semble-t-il, qui avaient volé mon regard hier encore. Je garde l’apparence brave, courageuse, mais le cœur lui est ouvert et découpé. L’espoir est loin, comme invisible. 

Capture d’écran 2019-09-02 à 16.10.47.pn

32

44CMX36CM

44CMX36CM

Il revêt l’allure d’un de ces gisements où se trouvent les pierres rares qui arborent les couronnes. D’une fragilité inouïe et d’un caprice infini.

Il y a des saisons plongées dans l’ébène. D’autres dans l’ivoire. Au milieu, la mienne, crée des histoires. Qu’importe la couleur de la mine, sachez bien lire entre toutes les lignes.

zerbb_modifié.jpg

14

68CMX56CM

OREILLE.jpg

54CMX41CM

LIONNE2DEF.jpg

65CMX53CM

LIONNE2_3.jpg

30

55CMX45CM

Balayé car ma présence ne sied à leur liberté. À la force de l'usure, parfois je ne suis plus robuste. J'ai le dos qui disparaît, les vertèbres qui s'estompent mais je reste là. Je les regarde mourir sauvagement..

panthereee_modifié.jpg

13

61CMX52CM

Ils en abritent. Ils recueillent. Se taisent, impartiaux. Il n’en trahissent aucun. Ils sont solides, ils écoutent. Ne perdent rien. Tout ce que vous pouvez bien leur raconter, ils le gardent et le gravent. Des secrets, ignorés, dans une mémoire dorée.

lion2.jpg

26

73CMX63CM

gorille.jpg

34

80CMX64CM

zebre2.jpg

2

74CMX61CM

singeee.jpg

8

75CMX65CM

gazelle.jpg

Les traits parfois nous relient ou nous séparent. Les traits façonnent qui l'on est. Les traits barrent, soulignent, cachent, remplacent et s'effacent. Physiques, ils marquent. Moraux, ils caractérisent. En un trait, je trace la route que je suis, je crée qui je veux, j'évince à souhait. Je fais de demain un nouveau trait ou une continuité. J'ai choisi une seule ligne, un seul trait. Un seul trait pour barrer la route aux immondes mièvreries, aux couleurs insipides. Juste un pour me rapprocher du seulement et complètement tel. Et si j'échoue, si je déborde, que de mon trait je m'éloigne. Mon cœur s'arrêtera avant que mes larmes ne coulent. L'impalpable absolu deviendra au creux de ma main. Je renaîtrai sans être jamais mort pour quelque chose de nouveau.

16

70CMX60CM
tigre_modifié_modifié.jpg

Quelque chose d’unique, quelque chose de beau, de profond, entre la terre et l’or. Hors des normes, des frontières, déstructuré subtilement. D’autres lignes. Vieux déjà mais jeune encore. Des paysages, je rêve… des pierres sur lesquelles des fois je m’allonge, je pense et vagabonde. Sur un coin de ciel mon esprit glisse.

15

90CMX76CM

Sur le papier, je mets tout, je m’habille avec, de voyages et d’amour. M’écorche de haine. Un peu de peur. Du noir, du sombre. Du beau, du grand. Du doux, du subtile qui chuchote. Des pas qui coulent, des cris, de la force qui roucoule et des murmures. Des couleurs et des pensées, des mots et quelques souffles abîmés. Le torse rayé... dont les plumes s’envolent et les poils s’élèvent. Les écailles valsent et les pétales dansent. Seul, je parle fort. Je parle fort et de papier je m’habille.

pumafinal.jpg

7

87CMX72CM

singe2.jpg

21

66CMX56CM

sininsinzsinzisnzi_modifié.jpg

22

66CMX56CM

Laisser les singeries se faire et se défaire.

C'est aussi, le soudain bien sûr, l’inachevé, le trait, le geste incontrôlé.

hibou.jpg

Le visage peint par la flamme de cette étrangeté en laquelle ils ont cessé de croire quelques fois.

10

70CMX60CM

perroquetfinal.jpg

3

85CMX74CM

peroookoe.jpg

17

60CMX50CM