THE STORY

L’ART COMME TÉMOIN PRIVILÉGIÉ DU TEMPS QUI PASSE M’AMÈNE À QUITTER LES FLOTS. À VINGT-CINQ ANS, J’AI LAISSÉ LE NAVIRE PARTIR SANS MOI. J’AI COURU POUR QUE LE PORT S’ÉLOIGNE. CHINER DERRIÈRE LES FRICHES INTRIGANTES, LES SOUPIRS ET LES TRÉSORS ABANDONNÉS, SEULEMENT ÇA COMPTAIT DÉSORMAIS. JE M’APPELLE ALAN LOUIS. JE DESSINE, JE METS MES RÊVES EN COULEUR. PRINCIPALEMENT DES REGARDS. DES REGARDS D’ANIMAUX, BEAUCOUP, QUE J’USE COMME UNE ALLÉGORIE POUR ÉVOQUER DES SENTIMENTS.

IMGabeille.png
LAURENT GRAVIER

ALAN LOUIS

LA NATURE

Tout à commencé par ces après-midi d'été. La campagne s'offrait à l'enfant que j'étais. Je voyais à travers le blé des champs, tellement de poésie. L'abeille, elle est partout. Elle relie mes pensées et chasse le silence avec ses histoires. Manifeste de la vie, je l'imagine comme gardienne du monde. Alimenté par les voyages et les ambiances, la nature est au centre et reflette mon innocence de l'époque, elle renait sans cesse, sans limite. Après un hiver elle a grandi mais sa jeunesse demeure inchangée. C'est un cycle incroyable. Aussi, elle est peuplée de ces gens qui ne parlent pas et vous regardent fixement.

UN PEU PLUS PROCHE DU RÉEL

 

J'aime l'idée que ce que je dessine soit vivant. Figé mais avec une âme qui transperce. Je les encadre avec le plus grand soin pour obtenir la qualité et le résultat que je désire. Papier musée (sans acide), crayons aux pigments de qualité, verre musée (anti-reflet et anti-UV), cadres anciens. Autant d'outils qui ont fait leurs preuves à travers le temps et le monde.

DES FRAGMENTS D'OR

Des œuvres déstructurées presque à chaque fois, c'est pour moi une invitation à renouer avec l'imparfait. Voir les cassures comme des forces. Accepter que tout ne soit pas droit et dans les cases. Intégrer l'imprévu comme ingrédient de valeur. 

 

Des cadres usés par le chemin des époques qui ont fleuri entre châteaux et taudis, fané dans des caves et des greniers, empilés contre des murs, étouffés par la poussière. Ces âmes délicieuses qui ont dansé discrètement aux murs jadis, se murmurant entre elles les secrets d’une vie qu’on leur a soufflés. Tombées dans leurs oreilles et leurs yeux, les bribes d’un temps écoulé qu’ils garderont à jamais. Je pense qu’on peut encore leur donner un peu de nos secrets d’aujourd’hui pour qu’ils continuent leur vie de demain.

Un encadrement unique avec également un passe-partout sur mesure qui rejoint et souligne le sens de chaque œuvre. J'ai choisi pour ça un biseau revêtant un parchemin doré.